Skip to content

Blog Patro / Témoignage : UN Camp, ZERO Déchet

Blog, Camp, Un monde meilleur  |  09.25.2020

Témoignage : UN Camp, ZERO Déchet

Depuis quelques mois, la crise sanitaire est la préoccupation principale. Avec elle vient son lot de problèmes et l’environnement n’y échappe pas. Malgré tout, des projets aboutissent. Entre autres celui d’un camp zéro déchet, proposé chaque année par la Fédération. Le Patro Christ Roi de Herve y a participé, nous sommes donc allés à leur rencontre :

Comment en êtes-vous venus à cette idée de camp zéro déchet ?

Cela fait déjà quelques années que le climat est au cœur de l’actu. On sait tous que notre manière de nous déplacer, de consommer, de nous nourrir a un impact sur la planète. Les déchets que l’on produit sont une grande part de la pollution que l’on crée. Et puisque « le meilleur déchet est celui qui n’existe pas », l’objectif “zéro déchet” permet de repenser sa manière de vivre. Début d’année, La Fédération Nationale des Patros proposait son aide pour faire un camp sur ce thème. C’est un projet qui nous intéressait et c’était l’occasion de réaliser ce défi !

Qu’est-ce que vous avez fait pour atteindre votre objectif ?

Multiformation – Fabrication d’un tawashi, une éponge au départ d’une chaussette

Nous avons créé une « team zéro déchet » composée d’un animateur par section. Cette équipe a réfléchi aux différents éléments générant beaucoup de déchets pendant nos camps (nourriture, cosmétiques, produits d’entretien…) et a ensuite cherché des alternatives. La formation de la Fédé nous a beaucoup aidés pour ça, notamment en matière de fabrication de produits d’entretien et d’éponge en chaussettes (tawashi). Lors de la Multiformation, on a aussi eu l’occasion de préparer des produits d’entretien. Le fait de discuter avec d’autres patros amène également plein d’idées de jeux à pouvoir faire avec les différentes sections pour les sensibiliser.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile ?

Il est difficile pour nous, animateurs, de changer nos habitudes. Surtout en rajoutant les mesures liées à la crise sanitaire. Pour les animés c’est plus simple parce que les changements sont « imposés » et ont été réfléchis en amont.

« Notre plus grande peur était d’exploser le budget nourriture en achetant local. »

Qu’est-ce qui a été mis en place dans la cuisine ?

Les cuistots ont donc revu leur manière de faire les courses. Il a fallu contacter le boucher, le maraicher, le fromager et puisque tout est frais, faire les courses plus souvent que d’habitude. Au niveau gustatif, tout le monde est d’accord, tout était très savoureux !

En achetant local, nous avons réduit notre quantité de déchets puisque ce n’était pas suremballé, contrairement aux produits achetés en grande surface. Et nous faisions la vaisselle avec du savon de Marseille en bloc.

 

Et au niveau sanitaire ?

Nous souhaitions utiliser des savons solides pour éviter les bidons en plastique. Nous avons contacté des entreprises belges qui en fabriquent. C’était important pour nous qu’ils soient biodégradables, car une bulle de notre camp allait vivre en prairie et donc s’y laver. Nos demandes ont été très bien accueillies et nous avons reçu environ 14kg de savon ! Dans la prairie nous avons construit une feuillée, ce qui est aussi zéro déchet.

Savon de Marseille, douche en prairie au camp du Patro de Herve

Comment avez-vous géré votre objectif au milieu de la crise sanitaire ?

Au départ, nous souhaitions fabriquer les cosmétiques et produits d’entretien avec les parents. Mais vu la situation, nous avons dû revoir nos objectifs et avons contacté les entreprises.

Puisque nous ne pouvions plus faire Patro en nous rassemblant, nous n’avons pas vraiment pu préparer les enfants à cette thématique. Idem pour tenir au courant les parents sur nos objectifs, tout se faisait par mail ou téléphone, c’était plus compliqué que prévu.

Des choses que vous changeriez ?

La chose qu’il faut absolument que l’on améliore c’est la recette du savon vaisselle ! Le savon de Marseille laisse un film gras sur la vaisselle, ce qui n’est pas vraiment le but.

Que diriez-vous à ceux qui voudraient se lancer ?

Soyez confiants ! En faisant petit à petit des changements, c’est possible de réduire un maximum ses déchets ! Gardez des objectifs réalistes et peaufinez-les.

Cette expérience te parle ? Tu as envie d’en savoir plus ? L’envie te vient de te lancer dans un défi comme celui-là ? Rejoins-nous à la formation thématique « Vers un patro plus durable » du 17 octobre. Inscris-toi maintenant !

Scroll To Top