Skip to content

Blog Patro / Vivre la démocratie autrement : l’élection sans candidat

Blog, Un monde meilleur  |  08.27.2020

Vivre la démocratie autrement : l’élection sans candidat

2.500 ans, c’est l’âge de la démocratie. Ce concept, plus vieux que notre calendrier, a été modifié dans tous les sens. Peut-on encore en espérer quelque chose ? Bien sûr. La démocratie la plus connue est la représentative où les citoyens élisent des représentants qui vont créer les lois et les exécuter, mais les alternatives pour vivre autrement la démocratie se multiplient. Dans cet article, je te propose d’en découvrir une : l’élection sans candidat.

L’élection sans candidat en 8 étapes

À l’échelle d’un pays, il n’y a jamais de souci pour trouver des candidats. Par contre, dans des groupes plus petits, comme dans ton patro, par exemple, il arrive que personne ne se présente. Et là, ça peut coincer.

L’objectif de l’élection sans candidat est que le groupe décide ensemble de la personne qui occupera un poste.

L’élection sans candidat suit 8 étapes que je vais détailler. Elle nécessite la participation de l’ensemble des personnes concernées par le poste sujet à élection. En plus de ces personnes, il faut qu’il y ait un facilitateur, qui servira d’animateur durant l’élection, et un secrétaire, qui écrira les différents apports du groupe.

Pour commencer, les participants s’installent en cercle. Le facilitateur peut alors lancer l’élection sans candidat.

Étape 1 : Définir le rôle

Cette étape se divise en deux parties :

  1. Définir la fonction et le mandat : quelles sont les missions, les tâches du poste ? Pour quelle durée et sous quelles conditions ? Cette partie peut être décidée à l’avance, ou cadrée dans un ROI par exemple, mais doit être présentée aux participants et reste soumise à discussion si cela est souhaité par un participant.
  2. Définir les critères de choix : les participants prennent la parole pour expliquer les critères qui, d’après eux, sont nécessaires pour remplir le poste. Le secrétaire les note sur un tableau à la vue de tous.

Ces critères peuvent être contradictoires. Ils serviront de base à l’argumentation qui suivra. Une fois qu’ils sont validés par les participants, on passe à l’étape suivante.

Étape 2 : Voter

Le facilitateur distribue à chaque participant un bulletin de vote. Chacun vote, en écrivant le nom de la personne qu’il juge la plus adaptée au poste.

Le vote n’est pas secret et est obligatoire. Il est permis de voter pour soi.

Il est important de voter en réfléchissant aux arguments qui motivent son choix, en se basant sur les critères définis lors de l’étape 1.

Le secrétaire récupère les bulletins et les donne au facilitateur.

Étape 3 : Dépouiller

Le facilitateur lit à haute voix les résultats. À chaque fois, il demande à la personne dont il lit le bulletin d’expliquer son choix. Chaque personne explique les raisons pour lesquelles il pense que la personne qu’il a désignée est adaptée au poste.

Sur un tableau, le secrétaire écrit les noms des personnes désignées et le nombre de voix qu’elles cumulent.

Étape 4 : Reporter sa voix

Une fois les votes dépouillés, le facilitateur demande si une personne souhaite changer son vote suite aux arguments entendus.

Un vote ne peut être reporté que sur un participant déjà désigné lors du dépouillement. À nouveau, le participant qui souhaite reporter son vote explique son choix.

Le facilitateur modifie le tableau pour que les résultats correspondent aux derniers changements.

Étape 5 : Faire une proposition

Le facilitateur demande si quelqu’un dans le groupe souhaite faire la proposition d’une personne parmi les nominés.

La personne proposée ne doit pas forcément être celle ayant remporté le plus de voix. On fait appel ici à la sagesse du groupe et aussi au fait qu’on ne recherche pas la meilleure personne, mais celle qui répondra aux critères de choix définis.

Étape 6 : Noter les objections

Le facilitateur interroge chaque participant, à tour de rôle, afin de voir s’il a une objection à ce que la personne proposée prenne le poste. La personne nominée n’intervient pas encore.

Le secrétaire note les remarques. Celles-ci doivent être factuelles, argumentées et concrètes. Il ne peut pas s’agir d’une objection contre la personne nominée, ni d’une préférence ou d’une suggestion d’un nouveau candidat.

Étape 7 : Bonifier

Suite aux objections, le facilitateur a deux possibilités :

  1. Revenir à l’étape 5 afin de voir si quelqu’un a une autre proposition.
  2. Traiter les objections.

Les objections sont traitées une par une, en permettant à chacun de s’exprimer. Le facilitateur doit s’assurer que l’objection est levée auprès de la personne qui l’a dite.

Une fois que toutes les objections sont levées, le facilitateur demande à la personne qui a été nominée si elle a une objection à être élue.

  • Si non, elle est élue et l’élection est terminée.
  • Si oui, elle exprime son objection. Si elle est valable et ne peut pas être levée en discutant, on retourne à l’étape 5.

Étape 8 : Célébrer

On prend le temps de fêter la réussite de l’élection, ce qui peut prendre différentes formes (du simple applaudissement au champagne, à consommer raisonnablement).

 

Et voilà, tu as maintenant en main toutes les clés pour t’investir dans l’élection de ton prochain président. Cette technique permet à chaque participant d’être au cœur de l’élection, en prenant le temps d’écouter les autres et de poser un choix réfléchi.

Alors, qu’attends-tu pour la proposer dans ton patro ?

Scroll To Top